à travers chant

 

La liberté des uns s'arrête où commence
l'abandon des autres.

Présences absentes, sans
gorges de soutiens.
Un pic s'abîme, sans 
voir de vautours.

Peut-être que c'est encore
la vie qui attend à l'aube
que les yeux se réveillent.

Un éléphanteau nain se camoufle en bonnet.
Il saute dans les bras confiants qui protègent,
invisible pour d'autres,
dans un coin de rue inconnu.

La liberté des uns s'arrête où commence
l'abandon des autres.

Pensées et croyances au sein d'un rêve, 
pendant que des pingouins facétieux se demandent 
comment aimer leurs ailettes.
Riches de leurs rires, leur banquise fondante
vaut mille diamants congelant 
les élans de grattages de ciel de pauvres sires. 

Les nuages pleurent,
les chaînes enserrent l'eau qui coule à travers les barreaux.

 

à travers chant

(2017)



"Anyone who thinks the world is real is as stupid as an ox. 
 Whoever believes that it is not real is even more stupid."

(Quiconque pense que le monde est réel est aussi stupide qu'on bœuf.
 Celui qui croit que ce n'est pas réel est encore plus stupide.)

- Saraha

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s