à travers chant

 

 


 
 La liberté des uns s'arrête où commence
  l'abandon des autres.
 Présences absentes, sans
  gorges de soutiens.
 Un pic s'abîme, sans voir de vautours.

 Peut-être que c'est encore
  la vie qui attend à l'aube
  que les yeux se réveillent.

 Un éléphanteau nain se camoufle en bonnet.
 Il saute dans les bras confiants qui protègent,
  invisible pour d'autres,
  dans un coin de rue inconnu.

 La liberté des uns s'arrête où commence
  l'abandon des autres.

 Pensées et croyances au sein d'un rêve, 
  pendant que des pingouins facétieux se demandent 
  comment aimer leurs ailettes.
 Riches de leurs rires, leur banquise fondante
  vaut mille diamants congelant 
  les élans de grattages de ciel de pauvres sires. 
 
 Un pigeon sur une courte paille est un pigeon pressé.

 Les nuages pleurent, 
  les chaînes enserrent l'eau qui coule 
  à travers les barreaux.



pigeon

 


   "La vie c'est de l'eau.  
    Si vous mollissez le creux de la main,  
     vous la gardez.  
    Si vous serrez les poings,  
     vous la perdez."  

         - Jean Giono


 

  



   "Défaire sans relâche le non-sens instauré par la terreur, 
     c'est en cela que consiste le travail de la parole, et avant tout,
     de la parole testimoniale."

            - Régine Waintrater (Sortir du génocide)


yeux endormis
yeux endormis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s